L’UIT et la fondation Bill et Melinda Gates réclament l’interopérabilité des services financiers numériques – Mobile World Live

L’UIT et la fondation Bill et Melinda Gates réclament l’interopérabilité des services financiers numériques

27 JUN 2014

Safaricom, MTN, Orange et Telefonica … la liste d’opérateurs mobile qui offrent des services financiers est déjà longue. Mais malgré le succès de ces services, il n’y a guère d’interoperabilité entres ceux de différents opérateurs – sans parler du déficit d’accords entre opérateurs, banques et commerçants -, une situation qui freine leur développement.

« La monnaie mobile s’est répandue dans plusieurs pays en développement, notamment en Afrique, mais … les services ne communiquent pas entre eux, regrette ainsi Guillermo Escofet, senior analyst chez Ovum. « Cela freine la croissance du marché et empêche la plupart des services de gagner de l’argent. » L’interopérabilité est pour cette raison « le prochain grand défi pour les services de paiement sur mobile. »

Le manque de communication entre partenaires possibles est d’autant plus dommageable que les services financiers associés aux smartphones pourraient aider les 2,5 milliards d’adultes dans le monde qui, selon l’Union internationale des télécommunications (UIT) n’ont pas aujourd’hui de compte en banque. C’est pour cette raison que la fondation Bill et Melinda Gates a demandé à l’UIT de mener un travail de standardisation des éventuelles plates-formes financières numériques.

La fondation s’est même dite prête à investir pour aider à couvrir les coûts de ce chantier dans les pays en développement, explique M. Bilel Jamoussi, Chef du department des Commissions d’Etudes, Bureau de Normalisation des Telecommunications, UIT.

L’UIT est prête à mettre à contribution toutes les bonnes volontés dans son plan de standardisation. Reste que les opérateurs ne sont pas forcément convaincus de la nécessité de coopérer dans une telle opération, selon Guillermo Escofet : « La normalisation va dans la bonne direction, mais la plupart des opérateurs mobiles déploient ces services comme moyen de se différencier…Et sans leur envie d’aboutir, la démarche d’interconnexion n’a pas beaucoup de sens. »

En attendant, les opérateurs multiplient les initiatives propres. Orange, par exemple, s’est allié mi-juin avec BNP Paribas pour proposer des services bancaires et de paiement mobile à travers la plate-forme Orange Money en Côte d’Ivoire. Le service devrait être étendu à d’autres pays de la région, à commencer par le Sénégal. Fin juin, MTN a annoncé le lancement en Afrique du Sud d’un service de banque et transfert d’argent bon marché en association avec des commerçants locaux.

Les opérateurs, en outre, ne sont pas seuls. Plusieurs organisations se positionnent pour agréer des services financiers sur mobiles…. « Quand on veut s’interconnecter, on peut le faire par l’intermédiaire d’agrégateurs et de réseaux de paiement internationaux tels que Visa et MasterCard, note Guillermo Escofet. « Toutes ces organisations se bousculent pour devenir la colle qui va réunir les services. » Néanmoins, l’UIT insiste sur l’importance d’impliquer d’autres partenaires – banques centrales, régulateurs… – pour rendre les services financiers vraiment plus accessibles.

Author

Joanne Taaffe

Joanne est journaliste spécialiste des télécoms et de l'informatique depuis 1995. Rédactrice en chef adjointe de Total Telecom Magazine, elle a couvert toutes les évolutions stratégiques du marché et des technologies de télécoms au niveau mondial. Basée en France, Joanne...

Read more